Décès de Robert Badinter, abolitionniste de la peine de mort, à l’âge de 95 ans

Le décès de Robert Badinter

Robert Badinter, ancien ministre de la Justice et fervent défenseur de l’abolition de la peine de mort, est décédé dans la nuit du 8 au 9 février. Il avait 95 ans ! C’est sa collaboratrice Aude Napoli qui a annoncé la nouvelle ce vendredi 9 février.

L’abolition de la peine de mort

Juriste, avocat et ministre de la Justice sous la présidence de François Mitterrand, Robert Badinter fut celui qui défendit devant le Parlement l’abolition de la peine de mort en septembre 1981. La loi abolissant la peine de mort est promulguée le 9 octobre 1981 tandis qu’elle s’inscrira dans la Constitution par le Parlement bien plus tard, le 19 février 2007, soit 26 ans après.

Hommages sur les réseaux sociaux

Sur les réseaux sociaux, les hommages fleurissent pour la figure politique et humaniste que représentait Robert Badinter. Le président de la République Emmanuel Macron a salué “une figure du siècle, une conscience républicaine et l’esprit français” qu’incarnaient l’ancien ministre de la Justice.

Avocat, garde des Sceaux, homme de l’abolition de la peine de mort. Robert Badinter ne cessa jamais de plaider pour les Lumières. Il était une figure du siècle, une conscience républicaine, l’esprit français. pic.twitter.com/3IJ9jekLSd

— Emmanuel Macron (@EmmanuelMacron) February 9, 2024

Biographie

Né en 1928 à Paris, il n’a que 14 ans lorsque son père est arrêté par la Gestapo à Lyon. Il meurt en déportation dans le camp de concentration de Sobibor, en Pologne, alors que sa famille est réfugiée en Savoie.

Après la guerre, il poursuit des études en droit et obtient un doctorat. Débute alors une prestigieuse carrière à l’heure où il cofonde son propre cabinet d’avocats d’affaires avec Jean-Denis Bredin. Robert Badinter se fait connaître en défendant des personnalités, des grands noms de la presse ou de l’entreprise.

Robert Badinter contre la “haine justicière”

En 1972, il défend Roger Bontems mais ne parvient pas à lui éviter la peine de mort. Un tournant dans la carrière de juriste qui va se battre fermement contre l’idée même de la peine de mort. Il accepte de défendre notamment Patrick Henry, accusé d’avoir tué un garçon. Grâce à sa plaidoirie contre la peine de mort, il évite cette condamnation à son client, qui se contentera d’une peine à perpétuité.

Parmi ses autres célèbres affaires, Robert Badinter a notamment défendu le tennisman Jimmy Connors dans son conflit qui l’opposait à la fédération française de tennis. En 1983, il obtient l’extradition de Klaus Barbie de la part de la Bolivie, permettant la condamnation à perpétuité par la justice française du “boucher de Lyon”. En 2001, il se positionne aussi en faveur de la libération de Maurice Papon en raison de son âge avancé.

Carrière politique et vie privée

Outre son activité d’avocat et de ministre de la Justice, Robert Badinter a été président du Conseil constitutionnel entre 1986 et 1995. Il a aussi été sénateur des Hauts-de-Seine. Côté vie privée, il était l’époux d’Elisabeth Badinter, avec laquelle il a eu trois enfants.

Victoire Masson
A propos Victoire Masson 338 Articles
Je suis née à Paris et j'ai grandi dans le centre de la ville. J'ai toujours été passionnée par les nouvelles technologies et l'apprentissage des langages informatiques. J'ai donc décidé de poursuivre des études en informatique. Je me suis ensuite trouvé un poste dans le secteur du dev & seo qui m'a offert une plateforme pour mettre mes connaissances en pratique. Je suis très heureuse de ce que je fais et je continue à apprendre chaque jour !

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*