Retraites complémentaires : les Français qui subiront encore le malus en 2024

Pourquoi le malus existe-t-il ?

Le système de bonus-malus a été introduit en 2019 dans le cadre de la réforme des retraites complémentaires. Son objectif était d’inciter les salariés à prolonger leur activité professionnelle afin d’entretenir l’équilibre financier des régimes de retraite. Ce système visait à encourager un départ retardé à la retraite, en particulier pour les salariés qui atteignaient leur taux plein avant l’âge de 67 ans.

Le malus, ou coefficient de solidarité, consistait en une réduction de 10% de la pension de retraite complémentaire pour une durée de trois ans. Cette réduction s’appliquait aux salariés du secteur privé ou agricole nés à partir de 1957 qui décidaient de prendre leur retraite à taux plein sans attendre d’avoir 67 ans.

Comment obtenir le bonus sur sa retraite complémentaire

En parallèle au malus, le système de retraite complémentaire Agirc-Arrco avait également mis en place un bonus pour encourager le report du départ à la retraite.

Le concept du bonus est simple : offrir une majoration de la pension complémentaire pour ceux qui reportent leur départ à la retraite au-delà de l’âge du taux plein. Cette majoration dépend de la durée du report du départ à la retraite. Pour un report de deux ans, les salariés bénéficiaient d’une augmentation de 10%. Cette majoration pouvait atteindre 20% pour un report de trois ans et même 30% pour ceux qui reportaient leur départ de quatre ans ou plus.

La suppression progressive du malus en 2024

En octobre 2023, les gestionnaires de l’Agirc-Arrco, en concertation avec les partenaires sociaux, ont pris la décision radicale de supprimer le dispositif bonus-malus. Cette suppression fait suite à un large débat et à une réévaluation du système sur les retraités et le marché du travail. Ce dispositif était source de complexités et de frustrations pour de nombreux salariés approchant de l’âge de la retraite​.

D’une part, le système était perçu comme pénalisant pour ceux qui choisissaient de prendre leur retraite dès l’obtention du taux plein, surtout pour les salariés ayant des carrières longues ou des contraintes de santé.

D’autre part, le but était de simplifier le système de retraite complémentaire et de le rendre plus équitable. Avec le report de l’âge légal de départ à la retraite, maintenir ce malus n’avait également plus de sens.

Les personnes affectées par le malus en 2024

Même avec la suppression annoncée du système de bonus-malus à partir du 1er avril 2024, certains retraités continueront de subir le malus durant les premiers mois de l’année 2024. Cette situation concerne une catégorie spécifique de retraités.

Le malus continuera de s’appliquer aux retraités qui ont pris leur retraite avant le 1er avril 2024, c’est-à-dire ceux qui ont liquidé leur pension de retraite complémentaire sous l’ancien régime du bonus-malus.

Ces retraités sont principalement des salariés du secteur privé ou agricole nés à partir de 1957, qui ont choisi de prendre leur retraite dès l’obtention de leur taux plein, mais avant d’atteindre l’âge de 67 ans​.

Ces retraités ne bénéficieront pas de remboursement pour les sommes non versées entre la date de liquidation de leur retraite et le 1er avril 2024. Pour eux, le système de bonus-malus était encore effectif, et par conséquent, la réduction de 10% sur leur pension est maintenue jusqu’à cette date limite.

Christiane Lelievre
A propos Christiane Lelievre 498 Articles
J'ai toujours été passionnée par l'apprentissage et l'exploration. Je m'efforce donc chaque jour de découvrir de nouvelles choses et de me perfectionner dans mes domaines d'intérêt. J'adore voyager et connaître les cultures du monde entier, ce qui me permet d'accroître ma curiosité et ma soif de connaissances. La nature est pour moi un lieu merveilleux où je puise mon inspiration et où je me ressource.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*