Retraites Agirc-Arrco : découvre les détails sur la revalorisation des pensions

Une revalorisation en fin d’année 2023

La revalorisation des pensions de 4,9% a eu lieu le 1er novembre 2023 et a concerné plus de 13 millions de retraités. Pour les années suivantes, jusqu’en 2026, cette revalorisation sera indexée sur l’inflation, réduite d’un facteur de soutenabilité de 0,40 point. C’est-à-dire que la revalorisation sera toujours inférieure de 0,4% au niveau de l’inflation.

Il est important de souligner que la revalorisation des retraites de base, elle, intervient une fois par an au 1er janvier, sauf exceptions.

Suppression du coefficient de solidarité (Bonus/Malus)

L’une des modifications les plus significatives apportées au régime de retraite Agirc-Arrco est la suppression du coefficient de solidarité, communément appelé le système de bonus/malus. Cette mesure, en vigueur depuis janvier 2019, avait pour objectif d’encourager la poursuite de l’activité professionnelle au-delà de l’âge légal de départ à la retraite.

Le coefficient de solidarité, ou malus, appliquait une décote de 10% pendant trois ans sur les pensions des personnes prenant leur retraite à l’âge légal, sauf pour celles qui reportaient leur départ d’un an.

Depuis le 1ᵉʳ décembre 2023, ce malus a été supprimé pour les nouvelles retraites. Pour les retraites ayant pris effet avant cette date, la suppression interviendra à partir du 1ᵉʳ avril 2024. Cette mesure met fin à une période où de nombreux retraités ressentaient une certaine contrainte à prolonger leur activité professionnelle pour éviter la décote.

En parallèle, le coefficient majorant (bonus), instauré fin 2015, était une mesure incitative pour les seniors reportant leur départ en retraite. Il offrait une augmentation de 10% pour un départ deux ans après l’âge de taux plein, 20% pour trois ans, et 30% pour quatre ans.

Bien que ce bonus soit maintenu pour les actifs ayant volontairement reporté leur départ en retraite, il ne sera plus accessible pour les personnes nées à partir du 1ᵉʳ septembre 1961 et demandant leurs pensions de retraite à compter du 1ᵉʳ décembre 2023.

Un nouveau système de cumul emploi-retraite

Dans le cadre de la réforme, les conditions d’application du cumul emploi-retraite ont évolué. Autrefois, les retraités qui reprenaient une activité professionnelle pouvaient continuer à percevoir leur pension, mais les cotisations versées ne généraient pas de nouveaux droits à la retraite.

Cette situation a changé : à partir du 1ᵉʳ janvier 2024, les assurés qui sont en situation de cumul emploi-retraite intégral et qui reprennent une activité professionnelle pourront désormais bénéficier de nouveaux droits à la retraite Agirc-Arrco.

Ainsi, les cotisations versées par les retraités actifs généreront de nouveaux droits de retraite complémentaire, dans la limite du plafond annuel de la Sécurité sociale. Pour l’année 2023, ce plafond a été fixé à 43 992 €, soit un plafond mensuel de 3 666 €.

Les retraités qui reprennent une activité professionnelle pourront non seulement continuer à percevoir leur pension actuelle mais aussi augmenter leur pension future grâce aux cotisations versées durant cette période d’activité.

Les petites retraites vont également bénéficier d’une revalorisation allant jusqu’à 100 € par mois, selon les situations. Pour cela, le montant total de la retraite perçue ne doit pas dépasser 85% du SMIC, ce qui fait environ 1 200 € en 2023.

Christiane Lelievre
A propos Christiane Lelievre 491 Articles
J'ai toujours été passionnée par l'apprentissage et l'exploration. Je m'efforce donc chaque jour de découvrir de nouvelles choses et de me perfectionner dans mes domaines d'intérêt. J'adore voyager et connaître les cultures du monde entier, ce qui me permet d'accroître ma curiosité et ma soif de connaissances. La nature est pour moi un lieu merveilleux où je puise mon inspiration et où je me ressource.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*