Café et santé : les marques à éviter selon 60 millions de consommateurs

Des substances nocives présentes dans certaines recettes

L’étude de 60 millions de consommateurs a concerné 51 types de cafés disponibles sur le marché français, vendus majoritairement en grandes surfaces. Une découverte notable de cette étude a été l’absence totale de résidus de pesticides dans tous les échantillons testés. Ce résultat s’explique par le processus de torréfaction du café, qui joue un rôle crucial dans la dégradation des pesticides.

En effet, la torréfaction implique de chauffer les grains de café à des températures élevées, un processus qui détruit efficacement les molécules de pesticides. C’est une nouvelle rassurante pour les consommateurs, étant donné les préoccupations croissantes concernant les résidus de pesticides dans les aliments.

Cependant, l’absence de pesticides ne signifie pas que le café est exempt de tout risque. L’enquête a révélé que la torréfaction peut également entraîner la formation d’hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP). Les HAP sont des composés chimiques qui peuvent se former non seulement pendant la torréfaction, mais aussi lors du séchage des grains de café, en raison de la pollution environnementale. Ce qui est particulièrement préoccupant, c’est que les HAP sont reconnus comme des substances cancérigènes.

Bien que la plupart des cafés analysés présentent des niveaux de HAP relativement faibles, l’étude a identifié quatre marques présentant des taux plus élevés de ces composés. Ces marques incluent les capsules Planteur des Tropiques d’Intermarché, Carte Noire, les capsules décaféinées de L’Or, et Naturela.

Un autre danger détecté

Un autre aspect crucial révélé par l’étude de 60 Millions de consommateurs concerne l’acrylamide, une substance chimique qui se forme pendant la torréfaction du café. L’acrylamide a des propriétés potentiellement cancérigènes, notamment lorsqu’elle est présente en quantités élevées.

Il existe d’ailleurs des seuils critiques à ne pas dépasser pour éviter les risques pour la santé. Le seuil établi pour l’acrylamide dans le café est de 400 microgrammes par kilogramme (µg/kg). D’après les résultats de l’enquête, la plupart des cafés vendus en France contiennent des niveaux d’acrylamide qui varient grandement. Par exemple, la capsule Auchan bio affiche un taux de 78 µg/kg, tandis que la dosette Lavazza atteint un taux élevé de 345 µg/kg, ce qui est proche de la limite critique.

Un peu d’insectes dans votre café ?

Un constat surprenant et plutôt dérangeant concerne la présence de fragments d’insectes dans certains cafés. Cette découverte s’inscrit dans un contexte plus large, où, selon l’expert en insectes Jean-Michel Berenger, les Français consomment involontairement entre 500 grammes et 1 kilogramme d’insectes chaque année à travers divers aliments.

L’étude a spécifiquement mis en évidence le café moulu Bellarom vendu chez Lidl et le café en grains Alter Eco, où ont été découverts des fragments d’insectes. Dans le cas de Bellarom, plus de 80 fragments d’insectes ont été identifiés. Cette présence d’insectes dans le café peut surprendre et même rebuter, mais heureusement ces fragments ne présentent aucun danger pour la santé.

Il faut rappeler que les normes de pureté alimentaire varient grandement à travers le monde. Ainsi, la présence de petits fragments d’insectes est souvent inévitable, surtout avec le café qui est un produit international.

Christiane Lelievre
A propos Christiane Lelievre 491 Articles
J'ai toujours été passionnée par l'apprentissage et l'exploration. Je m'efforce donc chaque jour de découvrir de nouvelles choses et de me perfectionner dans mes domaines d'intérêt. J'adore voyager et connaître les cultures du monde entier, ce qui me permet d'accroître ma curiosité et ma soif de connaissances. La nature est pour moi un lieu merveilleux où je puise mon inspiration et où je me ressource.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*